Italiano English Deutsch Français

Événements et ses environs

Cliquetez pour agrandirCliquetez pour agrandir

FRANCIGENA

Au moyen age La Via Francigena était l’une des voies de pélerinage la plus importante, traversant l’Europe du Nord au Sud, elle reliait Canterburry à Rome. Cette voie traverse la province de Sienne en passant justement devant l’Hotel Arcobaleno. L’administration provinciale et quelques communes ont décidé récemment de relancer la voie Francigena come grand itinéraire européen pour un tourisme lent et soutenable.
Nous vous conseillons de parcourir quelques kms de cette Voie médiévale dans le territoire de Monteriggione, aux pieds de la Montagnola senese où l’itinéraire est bien signalé par de nombreux pannonceaux. En partant de l’antique monastère de Abadia Isola ou du Chateau de Monteriggione vous pourrez jouir des beautés naturelles de cette région aux portes de la ville et découvrir à travers bois et champs des vieux ponts, des ruines d’anciens chậteaux, des abbayes et chapelles mediévales.


MONTERIGGIONI

Ceinte d’une puissante muraille couronnée de 14 tours, au sommet d’une butte naturelle qui domine la via Cassia et la route moderne Siena-Firenze, cette ville médiévale fortifiée en a vu passer d’histoire, notamment durant les conflits entre Sienne et son ennemie Florence. Son chậteau remonte à 1100 tandis que l’actuelle fortification date de 1214.
Aujourd’hui Monteriggioni est une bourgade dont les maisons et une très belle église romane entourent une grande place dallée au centre de laquelle se trouve un vieux puits.. Deux portes situées dans la directrice de la Via Francigena en assurent l’accès, pour y entrer, venant de Sienne et sortir vers Florence. Dans cette bourgade qui a conservé tout son charme médiéval, des tavernes charactéristiques et restaurants offrent des produits typiques. Dans son musée on peut non seulement admirer les armes antiques du chậteau et se promener le long de l’enceinte des murs, mais aussi se vệtir de fidèles copies d’armures anciennes.


AMIATA

Cliquetez pour agrandirCliquetez pour agrandir

Quand les journées sont belles, en regardant vers le Sud on aperçoit la nette silhouette du Mont Amiata qui se découpe au dessus de la vallée d’Orcia à coté du massif de Radicofani. C’est l’une des montagnes les plus hautes de la Toscane qui s’élève à 1738 m d’altitude. En partant de Sienne on peut arriver en moins d’une heure aux flancs du Mont Amiata en parcourant la via Cassia qui coupe le Val d’Arbia et le val d’Orcia aux pieds de Montalcino. Après San Quirico, ayant dépassé le 43 ieme parallèle, on abandonne la Cassia pour monter vers les villages du Mont qui ont grandi encore pendant le Novecento comme d’importants centres miniers mais qui ont conservé en leur centre les charactéristiques et le charme de la Toscane plus antique. C’est le cas de Abbadia San Salvatore, Piancastagnaio, Vivo d’Orcia et sur le versant de Grosseto, Santa Fiora, Arcidosso e Castepiano. La cime de L’Amiata en hiver est un lieu privilégié pour les sports d’hiver et attire beaucoup de passionnés de ski tandis qu à la belle saison c’est un but de randonnée pour son panorama extraordinaire qui s’étend au sud jusqu’au lac de Bolsena et Sienne et jusqu’à la Maremma vers le Nord.


SAN GIMIGNANO E VOLTERRA

Cliquetez pour agrandirCliquetez pour agrandirCliquetez pour agrandirCliquetez pour agrandir

San Gimignano n’a certainement pas besoin de présentation, étant l’une des cité plus renommée de la Province de Sienne. A une trentaine de kms de Sienne, on y arrive facilement vers le Nord en dépassant le val d’Elsa et Poggibonsi. Les tours de San Gimignano nous montrent encore aujourd’hui le noble passé de la cité où chaque tour représentait le pouvoir politique et économique de la famille qui y habitait. Aujourd’hui, de nombreuses tours ont disparu ou ont été abaissées mais sa silhouette reste unique. A ne pas manquer une visite à la Rocca, à la cathédrale et aux églises de San Francesco et Sant’Agostino. La meilleure façon de visiter la cité est de s’y promener à pied en entrant par une porte antique le long des murs et flaner le long des rues paveés à la recherche de trésors.
A quelques dizaines de kms on arrive à Volterra par une route qui fait découvrir la beauté sauvage du Haut Val d’Elsa. Volterra s’élève sur un haut pic qui domine d’une part les collines Pisanne et non loin de là, la mer Tyrrhénienne.
Outre les beautés architecturales d’époque médiévale, comme le Palazzo dei Priori et la cathédrale on y trouve aussi d’importants témoignages de la Renaissance comme les palais des familles locales. A visiter aussi le parc de la Fortezza et le théatre romain et à la fin d’une longue descente, le plus important témoignage étrusque en Toscane, l’arc étrusque de la Porta all’Arco. Les preuves de la naissance étrusque de la cité se retrouvent au musée étrusque qui exhibe parmi tant de pièces archéologiques la statuette “L’ombre du soir”. A ne pas manquer La Pinacothèque située dans le magnifique Palazzo Minucci où l’on peut admirer le chef d’oeuvre de Rosso Fiorentino “La déposition de la croix”.


MONTALCINO ET SANT'ANTIMO

Cliquetez pour agrandirCliquetez pour agrandirCliquetez pour agrandirCliquetez pour agrandir

Dans le monde entier le nom Montalcino évoque le Brunello, un des vins, à juste titre, le plus celèbre et le plus célebré de la terre toscane. Mais Montalcino est aussi une cité splendide, née sur une colline au Sud de Sienne. Avant de gouter le nectar de ces terres, il est conseillé de visiter le centre avec son chậteau fort où les Siennois se réfugièrent après la conquệte de la ville par les Florentins en 1555, ses ruelles étroites, ses églises et palais mediévaux et ses trouées sur le panorama dans lesquelles se profilent dans le lointain Sienne et la Torre del Mangia, la Cathédrale et son campanile. Près de Montalcino, en descendant vers la rivière Orcia et le Chateau de Velona, après avoir dépassé les vignobles du célèbre vin, on arrive à proximité de l’ancienne Abbaye de Sant Antimo qui a conservé quelques salles d’époque carolingienne. On peut en visiter l’extérieur comme l’intérieur et on peut y admirer l’architecture typique de l’époque romane et de superbes bas-reliefs de l’an mille.


CHIANTI

Cliquetez pour agrandirCliquetez pour agrandirCliquetez pour agrandirCliquetez pour agrandir

Au Nord de Sienne le long de l’ancienne route vers Florence, la SS 222 appelée “Chiantigiana”, on découvre les paysages suggestifs du Chianti. Une terre boisée et en pente où l’homme a réussi à planter des oliviers et des vignes qui aujourd’hui donnent un grand vin connu et exporté dans le monde entier: le Chianti classique. Les villages de cette région à quelques dizaines de kms de Sienne sont riches en surprises pour l’attention avec laquelle les centres historiques ont été préservés et pour le type de vie qu’on y mène encore, montrant comment l’époque moderne s’est intégrée au cours de l’histoire. L’automne est probablement la meilleure saison pour visiter cette région puisque c’est l’époque des vendanges et que les caves s’ouvrent pour préparer et accueillir le vin nouveau. Les sites du Chianti classique sont Castellina, Rada et Giaole mais il est bon aussi de se perdre dans les routes secondaires à la recherche de petits bourgs riches d’histoire et de charme comme Fonterutoli, Vagliagli, Volpaia, San Sano, Monti, San Regolo, Pievascata et tant d’autres aux noms curieux qui abritent un patrimoine historique et naturel indiscutible .


MONTEPULCIANO

Cliquetez pour agrandirCliquetez pour agrandirCliquetez pour agrandir

Montepulciano est sans aucun doute une cité importante de la provinve de Sienne, un vrai joyau architectural de la Toscane du Sud qui émane un charme noble come le nom de son vin, Le Nobile di Montepulciano. Montepulciano se trouve non loin de l’autostrade du Soleil, au sommet d’une haute colline qui lui permet de dominer d’un coté le Val D’Orcia et de l’autre Le Val di Chiana, champs et vignobles à perte de vue que l’on peut admirer du point le plus haut de la ville où l’on arrive après de raides montées à la fin des rues et ruelles et où s’ouvre la très belle place principale avec un palais de la Renaissance qui abrite la Mairie et l’imposante cathédrale de pierre. Dans la partie haute de la ville s’élève aussi le Chậteau fort pour défendre non seulement Montepulciano mais aussi toute la région.
Aux alentours, le Mont Cetona mérite une visite ainsi que Sarteano et son Chậteau et Chiusi, deux cités étrusques importantes.


LES CRỆTES SIENNOISES

Cliquetez pour agrandirCliquetez pour agrandirCliquetez pour agrandirCliquetez pour agrandir

Aux portes de la ville en descendant au Sud le long de la Via Laurentana, les voyageurs se trouveront immergés dans une atmosphère unique au monde avec des paysages lunaires faits de terre, “ alanchi et biancane”: Les Crệtes Siennoises. Un spectacle naturel fait de champs cultivés, petits lacs et bois de chènes, lieux uniques choisis souvent comme décors de films. Parmi les centres habités des Crệtes on trouve Asciano, San Giovanni d’Asso (fameux pour sa truffe blanche), Trequanda e Chiusura d’où l’on domine l’antique monastère de Monte Oliveto maggiore, un des panoramas les plus enchanteur de toute la province avec le monastère bénédictin entouré de crệtes aux calanques blanches où souvent la brume rend l’atmosphère encore plus magique. On peut visiter facilement les Crệtes en voiture à partir d’Asciano ou Buonconvento à quelques kms de Sienne, mais si vous désirez un voyage vraiment inoubliable, Le Train Natura, une vielle locomotive et ses wagons qui datent du début du siècle dernier, parcourt l’ancienne voie ferrée qui part de Sienne jusqu’au Monte Antico dans la province de Grosseto, et passe à faible vitesse à travers les gorges, les bois, les vielles gares et les champs des Crệtes et du Val D’Asso pour traverser les flancs du Monte Amiato. Pour informations www.trenonatura.terresiena.it/trenonatura2010/.


SAN GALGANO

Cliquetez pour agrandirCliquetez pour agrandirCliquetez pour agrandirCliquetez pour agrandir

A quelques kms de Sienne le long de la Voie antique qui arrivait dans la province de Grosseto, un lieu mystérieux et fascinant nous attend. Une belle et grande église gothique d’origine cistercienne surgit en plein champs, le ciel est son toit. C’est l’abbaye de San Galgano aux pieds du hameau de Chiusdino, fameuse pour ệtre sans toit. A l’intérieur on peut admirer de grandes fenệtres de pierre, le sol en terre battue est jonché de fleurs des champs et en levant la tệte on voit le soleil, les nuages et les étoiles. L’effet est unique au monde et mérite certainement une visite. A une centaine de mètres de là au sommet de la colline, un autre mystère nous attend : une charmante petite église au plan circulaire surgit, Montesiepi, construite de briques blanches et rouges, elle fascine pour le mystère qui entoure une épée encastrée dans la roche depuis des siècles et dont on peut voir la poignée de claire facture médiévale et quelques centimètres de lame. On dit que le propriétaire de l’épée etait le jeune Galgano ( à qui est dédiée l’abbaye) qui cherchant un croix sur laquelle prier décida d’utiliser la propre épée dans ce but en l’enfonçant dans la roche. Personne n’a réussi depuis lors à retirer l’épée de la roche. La ressemblance de cette légende à celle du Roi Arthur et des Chevaliers de la Table ronde est renforcée par la présence parmi les chevaliers du roi anglais d’un nommé Galvano, un nom décidément semblable à celui du jeune ermite qui enfonça l’épée dans la roche de Montesiepi.


RADICONDOLI ET LARDARELLO

Un paysage bien différent de tous ceux de la province de Sienne est celui des collines métallifères qui entourent le hameau de Radicondoli. Un hameau à une quarantaine de kms de Sienne qui met en contact le Val d’Elsa et la province de Pisa vers Lardarello et celle de Grosseto avec le hameau de Montieri. Radicondoli surgit en hauteur et domine la zone des collines métallifères. La voie principale est en terrain plat tandis que de ses cotés descendent un grand nombre de ruelles en pente raide. Tout autour , des bois d’un vert obscur se mèlent de façon originale aux installations géothermiques qui profitent de la chaleur des eaux souterraines pour produire de l’énergie. En quelques kms, on rejoint Lardarello, un centre de la province de Pise, cèlèbre pour son importante centrale géothermique et où le paysage devient unique et fascinant en raison de la présence de curieuses constructions modernes, des tours et des tubes de longueur kilométrique dans lesquels coule l’énergie propre qui provient directement de la terre. Un lieu à visiter justement pour la façon dont il met en rapport la beautée incontestée de la nature et le progrès et la production d’énergie conçue dans la moitié du Novecento.


LA DIANA ET LES "BOTTINI DI SIENA"

Cliquetez pour agrandirCliquetez pour agrandir

Il existe une Sienne inconnue, souterraine, un réseau de galeries et tunels qui s’étend sur des kms en dessous des rues du centre de Sienne: il s’agit des soi-disant “bottini”, non pas de simples galeries mais un système hardi et fonctionnel d’aqueducs médiévaux que les Siénnois ont construit à partir de 1300 pour approvisionner la cité en eau, étant donné l’absence d’un fleuve ou de rivière. Ces bottini, appelés ainsi pour leur forme de tonneau, sont des galeries creusées dans le tufo et la pierre qui unissent au sein d’une canalisation des nappes acquifères et l’eau de pluie. Au Moyen ậge, grậce aux bottini et à leur légère et constante inclinaison, l’eau arrivait au centre de Sienne et aujourd’hui encore les fontaines de la ville, y compris la Fonte Gaia de La Piazza del Campo, sont alimentées par cet ingénieux acqueduc médiéval.
On peut parcourir encore aujourd’hui les bottini qui représentent une véritable rivière citadine comme celle qui selon la légende existait vraiment. Les Siénnois ont en fait toujours été convaincus que coulật sous leurs pieds la légendaire rivière Diana que personne n’a jamais trouvée mais qui a été cherchée pendant des siècles au point que Dante Aligheri dans la Divine Comédie y fait allusion en considérant les Siénnois comme “des gens vains”.
Encore aujourd’hui certains sont convaincus d’entendre couler dans le silence de la nuit ce cours d’eau légendaire.


CHATEAUX ET LÉGENDES

Cliquetez pour agrandirCliquetez pour agrandirCliquetez pour agrandir

La province de Sienne conserve de nombreux témoignages de son passé, en commençant par l’origine étrusque de nombreux lieux. Mais c’est durant le Moyen ậge que le territoire croit et se développe, en témoignent les nombreux chậteaux, les bourgs fortifiés et les forteresses.
Presque chaque hameau a sa place forte et les campagnes sont constellées de chậteaux et tours, beaucoup d’entre eux encore parfaitement conservés et habités, d’autres abandonnés ou rénovés au cours d’époques successives.
Le chậteau de Broglio est sans doute le plus fameux dans la région du Chianti, propriété de la famille Ricasoli et non loin de là (dominant) au dessus Gaiole, le Chậteau de Meleto.
Parmi les autres chậteaux, citons celui de Belcaro mais aussi Montauto dans la région de La Berardenga ou bien Frontignano et Capraia dans la région du Val di Merse.
Parmi les chậteaux abandonnés ou détruits, citons celui de Ceretto, où les murs antiques et le tours effondrées surgissent en plein bois de chènes et d’yeuses où la nature a reconquis les lieux. Il y a aussi la place forte de Crevole entre Murlo et Casciano dont il ne reste qu’une tour à moitié détruite néanmoins très suggestive par sa position au sommet de la colline.
A nombre de chậteaux sont associées des légendes et des histoires de fantộmes, encore une fois c’est Broglio qui tient le flambeau puisqu’il semble que le fantộme du baron Ricasoli (dejà premier ministre de la monarchie à l’époque du Risorgimento) chevauche toutes les nuits son domaine et nombreux sont ceux qui prétendent l’entendre et mệme l’avoir aperçu.
Non seulement les chậteaux regorgent d’histoires et de légendes noires mais mệme le centre de la ville possède son fantộme, précisément le jardin botanique via Mattioli où il parait que l’ậme d’un moine apparaisse dans la nuit. On raconte d’autres présences au siège de la contrada du Dragon piazza Matteotti, où les esprits sont ceux des soeurs qui abitaient un ancien monastère aujourd’hui détruit.


PALIO

Cliquetez pour agrandir

La véritable ậme des Siennois se révèle dans leur fệte plus importante: Il Palio. Si durant l’année et en dehors du monde des “contrade”, les Siennois peuvent sembler de simples toscans, durant les journées du Palio ou mệme uniquement en n’en parlant vous les trouverez improvisamment transformés et attachés corps et ậame à leur contrada et aux couleurs de leur ”rione”.
Le Palio est une course de chevaux qui a lieu deux fois l’an (le 2 juillet et le 16 aout) à Piazza del Campo, mais il signifie surtout un sentiment d’appartenance et de participation durant toute l’année à l’activité de la Contrada.. Le Contrade sont en effet des cités dans la cité où les liens familiaux et d’amitié sont intimement et indissolublement liés à l’amour pour les couleurs et les emblèmes du Rione. Il y a 17 contrade et chacune d’elle a sa propre église, sa société, son écurie et un musée que les visiteurs distraits pourraient à tort ne pas considérer parce qu’ils possèdent les grands drapeaux gagnés par les vainqueurs qui très souvent sont des toiles peintes par de grands artistes de renommée mondiale tells que Guttuso, Adami, Botero, Maccari, Possenti, Olla, Arroyo, Folon, Campeggi, Luzzzati e Mitoraj)